dimanche 12 avril 2009

Réflexions sur la jeunesse

J'ai revu mon ancien directeur de programme - dont le blog est à l'abandon - la semaine dernière, et nous avons entre autres parlé de la maturité des dernières promotions. J'ai pour ma part assez de mal à jouer de la chose, mais il me semble, qu'au même âge, nous étions plus matures qu'eux, plus entreprenants et moins prompt aux plaintes et autres "caprices". Pour au final presque en arriver à la conclusion que ces nouvelles promotions n'avaient au final que bien peu de chances de s'en sortir.

Je dis presque, parce qu'au cours de la discussion, je me suis rappelé qu'il y a 4 ans, ma promotion n'était pas forcément bien meilleure. J'ai aussi commencé à recompter les élèves qui ont redoublés ou ont quitté le programme, pour arriver à la conclusion que des pertes d'effectif à hauteur de 33%, ce n'est pas le signe d'une promotion si parfaite que ça.

Et je me suis aussi rappelé cette phrase de Socrate (470-399 av. J.C):

Les jeunes d'aujourd'hui aiment le luxe, méprisent l'autorité et bavardent au lieu de travailler. Ils ne se lèvent plus lorsqu'un adulte pénètre dans la pièce où ils se trouvent. Ils contredisent leurs parents, plastronnent en société, se hâtent à table d'engloutir les desserts, croisent les jambes et tyrannisent leurs maîtres. Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l'autorité et n'ont aucun respect pour l'âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans.
Et en parcourant un peu le Net, je me suis rendu compte qu'il n'était pas le seul à penser ça. Ainsi, sur une tablette babylonienne, âgée de plus de 3000 ans, on a pu lire:
La jeunesse d'aujourd'hui est pourrie jusqu'aux tréfonds, mauvaise, irréligieuse et paresseuse. Elle ne sera jamais comme la jeunesse du passé et sera incapable de préserver notre civilisation.
Je suis donc revenu sur mes pensées initiales, et même si je pense toujours qu'on étaient différent au même âge, je suis maintenant convaincu que cette jeune promotion murira, et aura aussi un jour l'impression que ses successeurs ne sont pas ce qu'eux étaient au même âge ...

5 commentaires:

Alex 12 avril 2009 à 15:19  

Meme si chaque promotion est differente, meme si chaque promotion a son lot de rigolos, je trouve qu'l y a des tendances.

Exemple: Le langage limite sms dans les e-mails a des anciens de l'ecole, ca me fait un peu mal de savoir que ce type de personne va representer mon ecole a l'avenir. Et que transmettra-t-il aux promos suivantes?

Une generation kikoolol en fait. Mais les habitudes changent vite, esperons que cela ne soit que passager. Au final, si ils veulent survivre dans le monde du travail, ils se mettront a niveau...

Concernant le taux d'echec/redoublants, je pense que c'est plus a l'ecole et aux enseignants de se remettre en question plutot qu'aux eleves. En effet, si en tant qu'etudiant tu en branles pas une mais que chaque annee tu passes en annee superieure, c'est soit que tu es surdoue, soit que l'ecole laisse faire. Mais je pense que la proportion de surdoues par rapport au nombre d'eleves a l'EBP soit pas si importante que ca ;)

Thibault 14 avril 2009 à 13:18  

L'écriture SMS n'est qu'une forme parmi d'autres de dysorthographie. Et les fautes d'orthographes existent depuis toujours...

Et ensuite, considérer la sélectivité d'une école comme un signe de sa qualité est pour moi également trompeur. Ca sous-entend que l'école n'est là que pour transférer des connaissances, et ne te permet pas de progresser. Un élève "limite" qui passe chaque semestre, c'est un élève qui progresse. Il ne rattrape certes pas son retard initial, mais il avance au même rythme que les autres.

Alex 14 avril 2009 à 15:37  

Je ne parle en fait pas d'eleves "limites" mais plutot d'eleves qui ont echoues selon les termes stricts de passage en annee superieure mais qui y passent quand meme.

オテモヤン 28 février 2010 à 16:45  

オナニー
逆援助
SEX
フェラチオ
ソープ
逆援助
出張ホスト
手コキ
おっぱい
フェラチオ
中出し
セックス
デリヘル
包茎
逆援
性欲

Alexandre 4 avril 2010 à 07:12  

Je me laissais glisser sur la vague internet et je tombe sur ton blog; lecture hasardeuse, mais pas désagréable. En lisant ton article, je me suis d'abord dis "le coté punk de tite balle qui ressort", après j'ai enchainé sur "la jeunesse n'est plus ce qu'elle était, zum gluck, oder nicht" et enfin j'ai eu cette réflexion. Tu parles par exemple du language sms ou des choses du gens qui font qu'au final on a des capacités/motivations intellectuelles dignes de celles d'une huitre. Certe. Mais après n'oublie pas que tout ce système à base de "kikou lol" , de vie et débauche facile ont été pensés, inventés et mis en place par de jolies tetes blondes sorties de nos belles écoles hautement réputées (je ne vise absolument personne).donc en quelques sortes les générations précedentes utilisent la bétise de notre génération en appliquant des théories sortie des plus beaux livre de marketing et autre "science" nouvelle. En quelques sorte le serpent qui se mords la queue, ou le capitalisme qui s'auto-détruit....choisis ton camp camarade!
Après pour la selectivité des écoles,ou plutot de ces entreprises ou l'on etudie, oui elle baisse, mais leur but est aussi de faire du chiffre, et aussi de vendre un peu de vent. Et a la limite c'est ce meme vent qui se retrouve dans nos tete. Enfin je ne vais pas rentrer dans le debat, mais souvent ca reste du vent, a 8000 euros certes, mais du vent quand meme.
Soit fort.

  © Blogger template 'Solitude' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP